Film – Philomena

21058784_20131118171801678

 

SYNOPSIS

– Dans l’Irlande catholique des années 1950, Philomena Lee, une adolescente, tombe enceinte. Sa famille, qui redoute le scandale, l’envoie dans un couvent où on ne l’autorise à voir son bébé qu’une heure par jour. A l’âge de trois ans, l’enfant lui est subitement retiré pour être adopté par des Américains. Après des dizaines d’années à le rechercher sans résultat, elle rencontre un ancien correspondant de la BBC récemment licencié, qui la persuade de partir aux Etats-Unis sur les traces de son fils. Entre la vieille dame attachée à sa foi catholique et le journaliste désabusé naît une relation pleine de respect…

Sources : Telerama

– TF1 – 5 bonnes raisons d’aller voir ce film

Mon avis

Ayant entendu parler de ce film assez récemment à la télévision concernant des charniers découverts dans des orphelinats en Irlande, il fut alors question de ce film que j’avais vu passer dans les vidéos à regarder à la télé.  Comme j’aime les films basés sur des histoires vraies, je l’ai donc visionné et avant même que le film ne se termine, j’étais enthousiaste et n’avais aucun regret.

1° Le sujet relate comment sont traitées dans un établissement catholique en Irlande, les femmes qui sont rejetées par leur famille, ou seules sans attache parce que enceinte et accueillies « charitablement » dans ces institutions. Le réalisateur montre les faits sans tomber à aucun moment dans le pathos. De devoir entendre que ces enfants étaient vendus, je l’ignorais. Quelle honte ! Ces femmes sont utilisées comme esclaves et maltraitées psychologiquement puisque séparée par l’adoption de leur enfant. Beaucoup meurent en couche et le réalisateur montre avec sobriété le contraste entre l’opulence de la demeure des sœurs, et les petites tombes délaissées depuis plus de quarante ans. Les images sont belles, tournées avec pudeur.   Des moments d’émotions intenses maternels oui, bien entendu. Les mamans que nous sommes ne peuvent rester indifférentes à ces séparations et surtout à l’histoire de Philomena.

2° Le jeu des acteurs, extraordinaires. Judi Dench, la célèbre « M » dans les films de James Bond, nous démontre un talent exceptionnel. Une composition de personnage unique et talentueuse. Une grande découverte. Cette actrice a vraiment beaucoup de talent.  Steeve Coogan est excellentissime dans son rôle de journaliste et de chômeur avec dans le jeu cette pointe d’ironie, mais aussi d’échanges religieux où ils ne sont pas du tout d’accord et restent pourtant si respectueux. Bravo pour l’écriture.

3° Stephen Frears a réussi à mélanger drôlerie et émotion. Il avait été mis dans les vidéos à regarder dans « drames ». Oui il s’agit bien du drame de ce qu’on vécut ces femmes et de la séparation douloureuse entre maman et enfant, mais en même temps, les deux acteurs nous offrent sous le couvert de ce drame, une autre facette dans l’attribution de leur rôle, une comédie très « British ». Tout les sépare et pourtant cela fait un tel cocktail amusant entre les deux personnages presque en huis clos.
Ils ne sont pas de la même génération, l’une vit encore dans la vieille Irlande, très pieuse, économe, vraie, et lit des romans à l’eau de rose. Lui, agnostique, a occupé de hautes fonctions diverses, gouvernement, la BBC et a fait ses études à Oxford. Il est déprimé car au chômage. Elle lui demande d’écrire son histoire tout en cherchant ensemble la trace de ce fils disparu, et il accepte par opportunisme.

J’ai ainsi navigué au gré des humeurs des personnages, parfois graves, parfois drôles. Bravo au réalisateur pour ce tour de force. Le face à face de ces deux personnages nous apprend la tolérance surtout vis à vis des différences d’opinion.  Le duo joue très bien sur la justesse du jeu d’acteurs et des propos.
L’actrice nous montre une femme dans une dignité qui ne s’apitoie pas sur son sort, tout en montrant son humanité profonde jusque dans le pardon.

La question se pose : Serions-nous capable de pardonner ?

La suite à l’écran en vidéo. Un grand coup de coeur personnel pour ce film. Une vidéo de présentation se trouve dans le lien de TF1

À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

"

  1. Bonsoir Genny. Merci pour cette belle présentation de Philomena. Je le louerai en vidéo. Bonne soirée

    • filamots dit :

      De rien, écureilbleu🙂
      A ce propos, j’ai changé mon pseudo en Geneviève sur ce blog. Il est encore à titre d’essai. Pas besoin de changer. Quant au film, en effet, je te le conseille et je suis certaine que tu ne seras pas déçue.
      Bonne soirée

  2. Pas encore vu celui-là, mais j’adore Stephen Frears, alors, cela ne saurait pas tarder, surtout après t’avoir lue. Bisous, Geneviève

    • filamots dit :

      Bonsoir Elisabeth, si tu aimes ce réalisateur, je te conseille vivement ce film. J’ai été regarder dans la filmographie de ce réalisateur, dont je croyais avoir déjà vu des films, mais je me trompais. Je n’ai rien retrouvé dans les titres que je me souvienne.
      Cela faisait un moment que j’avais envie d’en écrire quelque chose, mais c’est assez long à préparer. Je suppose que tu sais ce dont je parle avec les articles que tu postes et qui sont d’une telle profondeur et apportent dans de réflexions.
      Merci pour les infos que tu m’as passées en privé concernant l’huile. En revenant du laboratoire, je suis encore allée dans une pharmacie près de chez moi, mais ce n’est pas le flacon que je possédais. Je t’embrasse et à bientôt.

      • C’est un grand cinéaste, très engagé, j’irai voir le film, c’est sûr. Très touchée par ton appréciation, merci à toi…
        J’assure sur les blogs mais des mails sont en souffrance… je t’écris bientôt. Bisous et prend bien soin de toi

        • filamots dit :

          Bonjour Elisabeth.
          Si tu le vois, tu pourras me dire ce que tu en penses ? Si jamais au gré des jours, ce souhait de le regarder se réalise.🙂
          Merci pour tes bons souhaits.
          Je t’embrasse
          Geneviève

  3. Le thème est sérieux mais ça se faisait beaucoup à cette époque de jouer avec le destin des enfants.
    Bises

    • filamots dit :

      Hélas, hélas Claudie, et ce jour et j’en ai encore appris aujourd’hui de la bouche de ma petite-fille et du père de son fils. A donner froid dans le dos. Ce petit-bonhomme a deux ans, c’est honteux et la justice ne fait rien, que cela soit en France ou en Belgique et à tous les niveaux.

  4. flipperine dit :

    ce film doit être poignant

  5. colettedc dit :

    Oui, jusqu’à quel point oui … une chance que pardonner, ne signifie pas «oublier» hein !
    Bonne poursuite de ce lundi de Pentecôte Geneviève !
    Bisous.

    • filamots dit :

      En effet, oublier c’est assez difficile. Pardonner est encore une autre étape. Je l’ai découvert assez récemment alors que maman est décédée depuis trois ans maintenant. Ce serait trop long à expliquer, mais elle a fait comme elle pouvait. Moi je suis partie à vingt et un pour un autre destin, mais elle, est restée avec mon père et a continué jusqu’au bout.
      J’ai encore des colères contre elle, mais de moins en moins. Parce que je vieillis aussi, et puis que je comprends mieux qu’elle-même était coincée dans son éducation, dans son mode de vie faite de devoirs. Elle m’a aimée à sa manière. Et à ce sujet, je suis très mauvais juge, car je n’ai d’abord qu’à regarder dans ma propre assiette avant de lui jeter la pierre. Ce que je n’avais jamais compris jeune et même après, c’était pourquoi elle s’était obstinée à rester avec un homme ivrogne, qui avait fait sur sa personne trois tentatives d’assassinat et où nous vivions tous dans la terreur de cet homme. Et elle arrivait avec ses palabres comme je le dis. Je lui reprochais de ne pas le quitter et de nous obliger à devoir supporter tout cela. Elle n’avait qu’une seule peur, qu’il nous assassine tous. Chantage lui avais-je répondu. Mais elle y croyait. Et qui sait ? Conclusion, elle est restée avec lui pour nous protéger. Le mot « protection » c’est à l’instant que je viens de le découvrir en l’écrivant.
      Quoi que comme personne n’est parfait, en étant petite, elle a ignoré ce que je lui avais avoué et qui était un crime contre moi-même. Et qui sait pour mon frère ?
      Alors tu vois, de maman, je pense autrement. Je sais que c’est Jésus qui me guide dans mes pensées, et dans mes prières lorsque je les fais🙂
      Je t’embrasse bien fort.
      Geneviève

      • colettedc dit :

        Oui, c’est bien vrai, qu’avec le temps, on comprend davantage et on voit les choses tout aturement … et c’est bien ainsi … chacun(e) agit en son temps et avec ses connaissances hélas ! Dors bien et agréable mercredi ! Bisous.

        • filamots dit :

          Oui, tu as raison. Chacun fait ce qu’il peut.🙂
          Ici il va faire beau, et je vais mieux, c’est déjà ça.🙂
          Je te souhaite une belle journée là-bas.
          Bisous
          Geneviève

  6. oth67 dit :

    Ce n’est pas filamots-na ?

  7. Justement je réflechis sur le pardon en ce moment

    • filamots dit :

      Courage Julie, chaque chose en son temps. De gros bisous ma Julie. Ne sois pas trop triste, les humains peuvent être si méchants. Pense à toi, et à ta valeur, à la femme que tu es si généreuse.
      Bisous

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s