Jardin de margerites

Le jardin des marguerites

Il était une fois un jardin de marguerites. Elles étaient blanches avec un coeur jaune miel, comme le sont toutes ces jolies fleurs.
Monsieur Charles Garimon s’occupait de son terrain comme il pouvait. Un jour il eut besoin d’aide pour mettre de l’ordre dans son terrain manquant de certains outils pour l’aérer et transférer des plantes qu’il souhaitait mettre ailleurs.

Monsieur Henri Pottier, jardinier d’un autre champs, voulu lui venir en aide en lui proposant d’autres parcelles pour y mettre toutes ces merveilles.
Aussitôt dit aussitôt fait. Il fit son possible pour apporter ce dont Monsieur Charles Garimon avait besoin. Son voisin prenait sur son temps et sur les terrains agricoles dont il avait la charge pour subvenir aux besoins de sa famille.

C’est ainsi que pendant de longs jours, ayant fait un calcul savant pour arriver à la date butoir et afin que Monsieur Charles Garimon soit content,  Monsieur Henri Pottier travaillait d’arrache-pied. Il devait admettre qu’il avait fait la proposition à ce Monsieur pour l’aider à sauvegarder ce beau terrain et ces belles fleurs qui méritaient le plus grand soin possible.

Le champs de Monsieur Charles Garimon  à la date indiquée par lui et dans les délais fut ainsi vidé et se retrouva en friche. Le tout avait été transféré dans des caissettes, soigneusement rangées et protégées, à l’abri de la pluie et du soleil, afin qu’à ces belles demoiselles il ne lui arrivent rien.
C’est ainsi que Monsieur Henri Pottier se mit à la tâche et débuta à planter ces petites plantes si belles et si jolies à la même place que celles qu’elles occupaient auparavant et à l’identique. Dans sa maison, il était complètement submergé des plantes à remettre en place, à un tel point, qu’il avait dû établir un planning pour ne rien mélanger afin que tout soit comme c’était dans le champs précédent.

Et puis un jour, pour une raison qu’à ce jour Monsieur Henri Pottier ignore encore, Monsieur Serge Garimon lui intima l’ordre de lui laisser le tout en l’état et qu’il continuerait tout seul avec les outils qu’il souhaitait racheter. Aussitôt dit, aussitôt fait. Les clés du champs furent rendues, les outils également et la manière de procéder.

Comme ils se côtoyaient encore entre champs avec une terre identique mais d’autres plantations, il surprit Monsieur Garimon de proférer des menaces à son encontre en lui disant qu’il ne lui avait pas remis les fleurs telles qu’elles auraient dû être mises en place, qu’il ne lui avait pas donné les bonnes clés, ni les bons outils. Mais le pire devait être encore dit, il accusa Monsieur Henri Pottier de lui avoir pris toutes les plus belles boutures et l’accusa de vol. Ce dernier n’ayant jamais rencontré dans son existence ce genre de mésaventure se trouva fort étonné de la tournure des évènements  tout en ne comprenant rien à une telle réaction.
Il s’adressa au responsable des champs, mais ce dernier fit comme Ponce-Pilate et s’en lava royalement les mains en disant qu’il fallait se débrouiller entre jardiniers adultes et ceci à l’amiable.

La réponse ne  plu pas à Henri Pottier. Mais il dû convenir  avec cette information. Comme Charles Garimon avait planté un écriteau sur sa parcelle indiquant que son voisin n’était qu’un voleur alors qu’il le considérait comme un ami. Il avait même ajouté sur son écriteau que Monsieur Henri Pottier ne lui avait pas rendu ses belles fleurs.  Henri fut donc contraint de passer par des procédures administratives longues et fastidieuses pour le protéger de cet individu qu’il ne reconnaissait plus. Il avait cru que ce Monsieur était  bon et agréable, surtout que tout ceci c’était fait de commun accord.
Le tout fut ainsi exécuté pendant un autre laps de temps pris sur le temps de travail de Monsieur Henri Pottier qui délaissait pendant ce temps son épouse et ses enfants et aussi d’autres travaux indispensables au bien-être de sa famille.

Après avoir exécuté toutes ces tâches et avoir redonné les plantes qu’il n’avait pas volées mais mises en lieu sûr pour les mettre dans la nouvelle parcelle, il cru avoir la paix. Mais non, pas du tout.

Conclusion depuis un an, Monsieur Henri Pottier voit continuellement tourner autour de sa parcelle Monsieur Garimon qui vient reluquer si les plantations de son jardin ne sont pas plus belles que chez lui. C’est du moins ce que Monsieur Pottier suppose. Car l’attitude de ce voisin jardinier l’étonne de plus en plus. Il a entouré son jardin de grandes palissades, de telle manière que plus personne ne puisse plus admirer ses belles fleurs. Cela le regarde après tout, si cela l’amuse, s’est-il dit en souriant. Mais le sien qui fleurit sous les rayons des saisons qui passent sont constamment espionné par le regard quelque peu pervers de ce voisin mal intentionné.

Il avait cru un moment mettre également de hautes palissades,  excédé par autant d’excès de la part de cet individu qu’il considère comme quelqu’un de bizarre. Bah ! se dit-il, il en faut de tout pour faire un monde, et puis s’il veut regarder ses marguerites tout seuls, tant pis pour lui. Toutefois, il peut constater que Monsieur Garimon rend visite de plus en plus souvent aux autres voisins avec qui Monsieur Pottier s’entend très bien.  Henri préfère maintenant s’occuper de son jardin, de choyer ses plantes, son potager et ses fleurs et aussi de faire bien d’autres activités connexes qui lui apportent pas mal de plaisirs et ceci au grand jour et sous le soleil du printemps en cette année 2013.

© freesia 04-05-2013
Publicités

À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

"

  1. flipperine dit :

    Les marguerites c’est tout simple faire pousser il y a de la jalousie entre voisins

  2. Ces fleurs gagnent partout d’ici quelques jours mon jardin sera en partie un champs de marguerite, je n’en ai jamais repiquées.
    Bises

    • filamots dit :

      Bonjour Claudie,
      Les marguerites poussent partout, et puis ce n’était qu’une fable Claudie 😉 Dans celle-ci elles avait été déplacées par lots 😀
      Gros bisous à toi et passe une belle journée, ici il va tomber des cordes là, le ciel est tout noir. C’est d’ailleurs prévu pour toute la France aujourd’hui….la galère pour la pluie, le temps…. Nous allons devoir implorer le dieu Râ pour qu’il nous apporte ses rayons bienfaisant. 😉

  3. Super comme texte-fable! J’avais presqu’à certains moments la nette impression de me promener dans un champs de marguerites! Oui, parfois les dires et les attitudes des gens sont vraiment imprévisibles…bonne fin de journée et bravo encore, bisous.

  4. giselefayet dit :

    L’âme humaine renferme bien des mystères . Jolie fable qui me rappelle bien quelque chose .
    Bonne journée
    Bisous

    • filamots dit :

      Bonjour Gisèle,
      Un jour, comme tu peux vois la date, j’ai eu l’idée d’écrire cette histoire et l’ai laissée telle quelle. J’avais aimé parler de jardinage. Tu n’as pas tort dans ta réponse en me disant qu’elle te rappelle quelque chose 🙂
      Bonne journée à toi.
      Bisous

  5. colettedc dit :

    Ah ! La marguerite Geneviève … c’est ma fleur préférée … tu as dû t’en rendre compte hein ! Bonne poursuite de cette journée à toi !
    Bisous.

  6. J’adore les marguerites !

    • filamots dit :

      En effet, moi aussi, c’est une très belle fleur prisée par pas mal de personnes. Les petites pâquerettes dans les jardins sont absolument belles. Ainsi que toutes les autres variétés multiples et variées. 🙂

  7. Coucou, très sympa,si il faisait un peu plus chaud et beau je prendrais bien la clef des champs … Bonne journée ! Bises

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s