Oiseaux libres

Les feuilles frissonnaient sous le vent de mai

Et sous cette brise odorante

Pleine de joie, d’ivresse

Je m’allongeai dans l’herbe verdoyante

Pour goûter ce vin de bonheur et d’allégresse

J’aurais voulu changer le monde

Qu’il soit comme dans mes rêves d’enfants !

Plein de génies et de bonnes gens

Et que tous ensemble nous formions une ronde

Les rêves d’enfant s’en vont

Et il me reste ma passion

Celle que j’ai d’aimer

Mais cet amour ils l’ont piétiné

Et mon cœur s’est fermé.

Je me souviens de nos deux étoiles

Le passé a descendu son voile

Je me souviens d’une maison, d’un enfant

Il me l’a pris au soleil levant.

Je me souviens des vagues de la mer

Du souffle du vent, j’étais heureuse c’était hier.

Puis il m’a dit de m’en aller

Que cet amour ne pouvait pas durer.


Il était seul, depuis trop longtemps.

Et sa vie actuelle, il l’aimait tant.

Je me souviens d’un amour fou, violent

Où ses baisers me faisaient frémir de plaisir

Où il n’y avait plus que lui et moi.

Le reste du monde n’existait pas.

Hélas mon âme et son cœur étaient fous.

Dans la forêt, il y avait un loup

Qui désirait m’enfermer dans une cage

Avec pour futur cet étrange mariage.

Mais l’oiseau s’est envolé

Vers le ciel tout étoilé

Et il s’est mis à chanter

Sa liberté nouvelle retrouvée.



© freesia – mai 1984

Illustration : Nicole Bouglouan

Advertisements

À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

"

  1. Virginie dit :

    Chez toi c’est un peu une source !
    On se laisse couler…
    Les oiseaux sont le plus beau symbole de la liberté, ils nous apprennent à rêver haut !
    Bisous et belles journée à toi, chez moi il ne fait pas chaud 😦

    • filamots dit :

      Bonjour Virginie,
      Merci pour la source 🙂 En ce moment cela rafraîchit. J’aime les oiseaux car ils volent où ils veulent ou bien en fonction de leurs instincts, comme les migrateurs.
      En ce moment beaucoup de promenades, visites diverses dans la ville où j’habite. C’est encore un petit air de vacances qui plane !!!
      Bisous

  2. mich dit :

    tres beaux poème et tres belle image
    merci ma passeuse de mots pour ce partage Bisous

    • filamots dit :

      Coucou Mich, et désolée pour autant de retard.
      Merci pour ton passage, je n’oublie pas, mais ai été très peu présente. Là je reprends un petit peu, et bientôt la publication de cette nouvelle. 🙂
      Bisous

  3. Harmony dit :

    La liberté est un sentiment de bien-être.L’oiseau n’est pas fait pour vivre en cage et les humains non plus.Rien ne doit être imposé,même si je rêve un peu…beaucoup mais bon,le rêve fait partie de la vie.Heureusement. 😉
    Bisous.Harmony.

    • filamots dit :

      Bonjour Andrée,
      Tu rejoins Corinne dans ton commentaire 🙂
      Oui nous rêvons quelque peu, parfois, souvent dans nos désirs de liberté 😉 mais il n’est pas interdit de rêver non plus 🙂
      Quant à la cage, heureusement que personne ne peut nous enfermer. C’est la raison pour laquelle j’aime tant la chanson de Michel Berger : Diego, si je ne me trompe pas.
      Bisous

  4. Oceanelle dit :

    Très beau poème … et l’image est très bien appropriée …merci de ce partage Bisous

    • filamots dit :

      Bonjour Oceanelle,
      Oui en effet l’image je l’avais déjà dans mes dossiers, vu que ce poème je l’avais déjà publié ailleurs. J’aimais bien ces oiseaux par deux. Un très beau site à visiter, je te le conseille.
      Bisous et bonne journée à toi.

  5. cronin dit :

    Bonsoir Filamots,

    Il y a des amours, qui ne sont que des cages dorés, où la liberté est emprisonnés, tels des oiseaux, que l’on met en cage… l’amour est d’être libre, il n’est point de chaîne, il est un vase communiquant, dont les eaux se rejoignent toujours…il est partage, et on égoïsme, il est surtout comme la coupe de vie, un nectar infini, mielleux, dont on ne cesse de boire et de s’en désaltérer ! J’aime ton poème mon amie, grosses bises, à bientôt, ma rose ! Corinne (Cronin) Laissons les oiseaux libres de voler là où le ciel est AMOUR.

    • filamots dit :

      Bonjour Corinne,
      Après une longue absence me voilà de retour.
      Il est impossible d’enfermer qui que ce soit dans une cage. Il est sensé être partage, équilibre, et non égoïsme, ce qui n’est pas toujours le cas. L’amour parfois confondu avec désir d’amour, d’être aimé. Mais il est si important dans l’existence d’un être humain qui s’éteint lorsqu’il en est privé et souffre. Merci pour ton commentaire.
      Bisous à toi aussi.

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s