Le message

Par la croisée ouverte, tu regardes
Le soleil poindre à l’horizon.
Ses rayons te réchauffent
Et tes yeux clignotent.


Ecoute le vent dans les feuillages
Vois la mer s’ébattre contre la falaise.
Une mouette passe, tu la regardes.

Qu’a t-elle d’étrange
En ce matin de septembre ?
Elle volette, tournoie,
Puis doucement vient se poser
Au bord de la croisée.

Dans son bec un message.
Quelle est cette blanche page ?
Mais l’oiseau s’impatiente.

Tu t’empares du manuscrit,
Et ces quelques mots tu les lis :
« Que cet oiseau qui vole vers toi,
Reste à jamais un souvenir de moi,
Et te rappelle mon amitié pour toi « .

Années 1960-1970

Illustration

Publicités

À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

"

  1. filamots dit :

    Bonjour Nathalie,
    La mouette crois-tu qu’elle soit aussi facile à attraper pour envoyer un message ? 🙂
    J’aime voir sur les photos, les mouettes, c’est si beau.
    Bisous.

  2. Nathalie dit :

    Une mouette voyageuse… C’est plus poétique qu’un pigeon…

  3. Harmony dit :

    On se croirait à ta place dans ton poème.Je m’imagine très bien.Quel joli message est écrit sur la page.L’amitié,ça se donne,ça se partage,ça se vit et c’est trop bon.Un(e) ami(e) est là dans la joie mais dans la peine,il est toujours là.
    Gros bisous,ma Belle.Continue à écrire des poèmes d’une telle fraîcheur.Amitié d’Harmony. 😉

    • filamots dit :

      Oui c’est aussi ton univers, après avoir parcouru ton blog. Et je comprends que tu aimes ce poème. Pourtant tu as pu lire qu’il y a bien longtemps que je l’ai écrit.
      L’amitié au temps de l’adolescence si importante. Un monde scolaire où nous nous retrouvions entre filles. La mixité n’existait pas encore. De beaux souvenirs que je souhaite, en effet, transmettre à mon fils, et partager avec toi ainsi que d’autres qui viennent me rendre visite.
      Je t’embrasse et passe une bonne journée. A bientôt…

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s