Thème du mois de février : Rencontre – Atelier Des millions de mots

Correspondance.

Cher Bernard,

T’entendre au téléphone, m’a toute retournée.
Evoquer notre première rencontre, et ce que nous avions ensuite vécu, m’a remplie d’un grand trouble.
Je travaillais dans la même entreprise que toi, et parfois nous nous croisions à la machine à café.
C’était à l’époque encore les percolateurs, ou un distributeur gobelet comme dans les stations-services.

Tu étais marié. J’étais célibataire et tu te souviens j’avais trente ans.
Je me rappelle notre premier rendez-vous. Tu m’avais invitée au restaurant chinois. D’une grande classe et correction, ta culture m’ont de suite attirées.
Je n’ai pas fait attention à ce qui allait suivre. J’étais confiante, un tête à tête n’implique pas nécessairement de coucher ensemble. Je n’y pensais même pas.

Je profitais avec toi de ce repas, simplement, et sans me rendre compte tombant peu à peu sous le charme de tes mots, dans ta façon de t’exprimer, ton humour.

Je suis certaine que là en me lisant tu vas t’enorgueillir, si longtemps après. Il va y avoir trente ans. Bien des années ont passé, et je ne t’ai jamais dit combien de temps il m’a fallu pour t’oublier.
15 ans c’est long, lorsque le coup de foudre frappe.
Et je ne me suis pas méfiée, rien ! J’ai savouré, et me suis enlisée, enveloppée dans ce sentiment qui me submergeait sans que je ne m’en rende compte.
Ma petite fille dormait au restaurant la tête posée sur mes genoux. Je te l’ai rappelé au téléphone, tu n’avais pas oublié. Et cela m’a fait plaisir.

Après avoir mangé, la soirée étant terminée, il fallait rentrer mettre l’enfant au lit. Debout sur le trottoir, nous nous sommes regardés.
Et là sans réfléchir, je t’ai embrassé.
Tu m’as regardé surpris, mais je sais que c’est ce que tu attendais.
Je ne savais pas hélas sur quel chemin je m’aventurais.
J’avais commis un pas dans une histoire d’amour inoubliable et souviens-toi, où nos regards seuls fusionnaient, où lorsque ensemble soudés l’un à l’autre, allongés seuls sur ce lit, je criais ma jouissance comme une damnée, parce que j’aimais à la folie.

Je n’oublierai pas notre premier je t’aime, dans ce parc, le soir aux environs de 23 heures sous un lampadaire, assis tous les deux sur un banc, la main dans la main.

Et pourtant tu étais marié. J’ai cru que tu la quitterais. Mais non je m’étais trompée, c’est la suite de l’histoire qui me donna la réponse. A l’époque je ne le savais pas.

Je ne retiens que nos bons moments. Cette belle aventure vécue ensemble pendant une bonne année et demie, intense.

Tu avais la clé de la maison, tu arrivais, je me jetais à ton cou, et je me frottais contre toi. Immédiatement ton corps réagissait au mien, et c’était une véritable félicitée, un plaisir si différent, renouvelé, jamais le même, et tellement merveilleux.

Je voudrais te remercier d’encore autant m’inspirer aujourd’hui dans mes écrits. Tu as été ma plus belle expérience, malgré les pleurs qui ont suivi et la séparation que je me suis imposée. C’est une autre histoire.

Tu as été pour moi une passion. Je ne sais si tu as éprouvé la même chose, vu que tu étais un fameux coureur de jupons, ce qu’à l’époque j’ignorais.
Trop confiante, mais tellement vraie et entière que même cela je ne regrette pas.

Merci pour cet amour que j’ai partagé avec toi.
Je n’oublierai pas nos longs regards et surtout nos baisers sans fin, pendant notre union charnelle. Nos corps si bien accouplés s’entendaient si bien.

Merci Bernard pour tout ce que tu m’as apporté il y a bien longtemps.
Je garde de toi un bon souvenir, et suis heureuse d’avoir pu t’entendre cette semaine au téléphone.

Marie.
ps : Comme d’habitude, je n’ai rien relu.

© 6 février 2011

À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s