Le matin

Qu’il est bon de se réveiller
Le matin et de regarder
L’homme ainsi s’enfiévrer
Devant elle,
Les doigts sur ce phare

Pour lui, elle veut être celle
Se livrant nue sans fard
A ces va-et-vient sous son regard.
Ceux-ci devenant hagards

Au rythme du plaisir
Qui monte, avant que ne crie
Les mots, qu’elle a envie
D’entendre de sa bouche

Avant d’atteindre cette couche
Où leurs corps réunis
Se souderont en une étreinte
Laissant dans les draps l’empreinte

De leurs corps assouvis.
Emplis de caresses et alanguis
Ils finiront par s’endormir
Bercés par les rêves d’un souvenir.

03 août 2010

Illustration : Nathalie Marotte Lesueur

À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s