Demain, départ pour Bruxelles.

Maman atteinte de la maladie d’Alzheimer ajouté de démence sénile, c’est à dire d’une autre forme d’artériosclérose dans la tête, quelque peu compliqué à expliquer, a enfin pu obtenir le droit d’aller dans un établissement médicalisé. En Belgique nous appelons cela un home pour personnes âgées. Elle est actuellement en clinique et j’espère que son transfert ne la perturbera pas trop.

A 86 ans, et dans son état, je ne serai là que pour agir. Ensuite rassembler, trier, départager, vendre, donner, distribuer chez Emmaüs, s’occuper des papiers administratifs pour clôturer tous les comptes en cours : loyer, électricité, etc…. Bref, je m’en vais pour une période totalement indéterminée et vers l’inconnu.

Dans mes bagages, mon carnet à spirales, comme celui de la chanson de William Sheller. Ils sont nombreux dans mon armoire. Ecrits disséminés par ci par là.

Les différents blogs où je suis inscrite et où je ne suis pas passée ces derniers temps, n’ont pas été oubliés. Je préparais le déménagement de maman vers un lieu meilleur qui s’est présenté beaucoup plus tôt que prévu, même après avoir attendu autant de temps.

Je viendrai donc chez chacun de vous, répondre à tous vos nouveaux messages, « anciens » que j’ai placés dans des dossiers ad-hoc pour pouvoir y revenir depuis Bruxelles, en espérant que je puisse y consacrer le temps que je souhaite me prendre à chaque blog, pomponner par le/la ou les propriétaires.

Je verrai enfin ma fille et ses enfants (5).

Mon fils et mon petit-fils, je les avais vus pendant les vacances à Saint-Jean de Luz, en une belle journée d’été, absolument magnifique.

Je mets d’ailleurs ci-dessus à titre d’image, le col de la Rhune, photo prise depuis la maison qu’ils occupaient au pied des Pyrénées. Un endroit extraordinaire à découvrir dans la verdure à l’écart de la petite ville balnéaire surpeuplée en été.

Les réponses étant modérées, pas d’inquiétude, je le ferai lorsque j’irai m’égarer du côté du cyber-café.

Amitiés aux écrivains, lecteurs, photographes et tous artistes venant avec autant de gentillesse en cet endroit parmi d’autres.

Image : Col de la Rhune, photo prise par moi en août 2010


À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

"

  1. filamots dit :

    Merci à tous pour vos gentils commentaires si chaleureux.
    J’y répondrai individuellement comme je fais d’habitude 🙂
    Idées pleins la tête de poèmes, nouvelles, et autres sujets.

  2. lise CC dit :

    On ne peut pas savoir ce qui se passe dans la tête et surtout dans le coeur des gens souffrants d’Alzheimer ; mais je sais, pour y être passée moi aussi, que la souffrance de la famille est longue et reste ancrée en nous,les survivants, longtemps après que les malades ont quitté ce monde(pour un autre meilleur, efforçons-nous d’y croire !)
    Je pense à toi et espère ton retour rapide. Tes Fils de Mots me manquent.

    • filamots dit :

      Merci Lise pour tes mots qui réchauffent, surtout ceux concernant l’écriture. Il faut continuer d’aller de l’avant, et les mots sont là pour le dire, comme l’a écrit Marie Cardinal dans d’autres domaines.
      Pour ce qui concerne le ressenti, j’ai entendu chez maman de la souffrance, de la prise de conscience et à la suite de cela de l’agressivité. Prise de conscience d’être dans cet établissement, d’avoir plusieurs objets autour d’elle, familiers, mais qui ont dû lui transmettre comme message, qu’elle ne verrait plus son appartement, ni ses meubles et affaires auxquelles elle tenait tant. Je sais qu’elle sera bien entourée, d’autant plus, qu’elle se retrouve dans le même endroit où elle a travaillé comme aide-soignante pendant 28 ans. Elle sera donc chouchoutée comme m’a dit l’assistance sociale qui la suit depuis plus de deux ans.

      Le fil des mots va bientôt resurgir, faut juste encore que je vide mes paquets de souvenirs ramenés de là-bas, les ranger.

  3. oth67 dit :

    Ma mami a eu la maladie d’Alzheimer ! Elle est partie après 7 années de « dégradation de ses souvenirs » !

    P….. de maladie !

    La personne est là physiquement mais, jusye physiquement …

    • filamots dit :

      C’est en effet pénible Oth et je pense aux moments de lucidité qu’ils doivent ressentir ainsi que de leurs souffrances personnelles. Il suffit d’écouter les mots et ce qu’ils disent. J’espère qu’un jour, d’autres solutions seront trouvées. Il y a de l’espoir au niveau de la recherche, c’est encourageant.
      Chez Maman, il y a ce début d’Alzheimer, mais aussi ces désordres neurologiques liés au départ par la cigarette qu’elle fume depuis la libération en 1945, elle avait 21 ans.
      La démence sénile y ajouté et provoqué par l’artériosclérose dans la tête, provoque de l’agressivité qu’elle peut se permettre avec moi, parce qu’elle et moi avons eu des échanges particuliers pas très sereins. Mon frère c’est différent, et c’est très bien ainsi pour elle.
      J’ai fait ce que je devais faire, et je reviens à son sujet triste, mais dans l’expectative d’aller rencontrer des personnes qui ont été confrontées à cette maladie sur Bordeaux pour en parler. J’en ai besoin pour mieux comprendre.

      • oth67 dit :

        Pour moi, elle est partie au fur et à mesure comme une espèce de déménagement qui a duré 7 années !
        C’est pour cela que cette année, j’ai déposé des chrysanthèmes sur sa tombe car elle adorait la Toussaint et elle adorait fleurir la tombe de ses proches …

        • filamots dit :

          Je comprends ce que tu veux dire.
          Il y a deux ans, c’est la moitié d’elle-même qui est partie, en découvrant son état et le résultat des examens médicaux.
          Ensuite, petit à petit, le constat de cet éloignement qui se faisait petit à petit, comme si à chaque fois elle s’en allait au fur et à mesure.
          Puis là, en maison de retraite, vider l’appartement, une autre étape, et encore un autre éloignement. Je comprends donc les mots « espèce de déménagement » que tu écris.
          Lors de notre dernier entretien, elle m’a « renvoyée » avec beaucoup d’agressivité.
          Entre elle et moi beaucoup de contentieux. Mon fils ce soir, me dit qu’il est allé la voir, et a fait les mêmes constats que moi. Sauf que pour lui c’est sa grand-mère. Elle l’a reconnu, et a été très contente de voir son petit-fils qui va avoir deux ans. Mon fils m’a dit combien il s’était rendu compte des troubles de son cerveau. Même si elle était gaie, contente, et parfois sur une autre planète, confuse. Le cerveau, un lieu bien étrange dans notre corps, et si méconnu.
          J’encourage la recherche dans ce domaine.

  4. arbrealettres dit :

    Sym-Pathie Gene (-:

  5. jak6767 dit :

    Bisous ma chère Pétale, de tout coeur avec toi.

    Pour y être aussi passé, je sais que le moment est dur, sera dur.

    Les choix que vous avez fait sont les plus judicieux, n’en doute pas, n’en doute jamais.

    Amitiés ma belle
    Jak sans C

    • filamots dit :

      Merci Jak pour ton passage en ces lieux. Cela me fait vraiment plaisir. Je ne doute pas des choix, mais les vivre là-bas, surtout sans aucune formation dans ce domaine, est difficile, très difficile.

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s