Maternité Picasso

A mon fils

Je voudrais tant te dire
Comme mon coeur se serre
A la pensée de ta voix, de ton sourire,
Que contre moi je veux te serrer
Toi mon fils, mon univers.

Je me souviens, lorsque tu étais petit,
Ta peau était douce,
Tu m’appartenais, tu suçais ton pouce,
Et puis un jour, je suis partie.

Mon coeur avait mal, mon âme blessée,
Je devais choisir, c’était difficile.
Les chemins de mon amour brisés
Il fallait me chercher une île.

Personne ne sait mon tourment.
Te voir est un éternel chagrin.
Comme je voudrais te prendre la main,
Et ensemble oublier le temps.

Je n’oublierai pas,
Mon coeur, mon trésor,
Que mon bonheur éphémère,
Est de te voir grandir,
Moi qui suis ta mère,
Ma récompense est ton sourire.

Et tes bras autour de mon cou,
Se serrent en un baiser
Si tendre, si long, si doux.
Toi mon amour fou.

Ecrit dans les années 1980.

À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

"

  1. Nathalie dit :

    Un joli poème… qui parle à toutes les mamans.

  2. arbrealettres dit :

    plus dur pour une mère l’éloignement de ses enfants
    car le lien a été plus charnel …
    Amour fou… tu le dis bien !
    ((-:

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi

    • filamots dit :

      Ta réponse est étrange et pourtant sans le savoir, je pense que cela sonne bien juste, alors que pour ce poème autobiographique, tu n’en connais nullement les tenants et les aboutissants. Tu es un homme sensé et sensible Chris. 🙂
      Merci pour cette réponse si clairvoyante et si évidente.
      Mais il le sait le bougre, comme je l’aime fort !!! Et c’est réciproque, malgré notre séparation qui fut bien longue.

  3. Ouf… Un texte chargé d’émotions et de …
    J’adore les premières phrases ou tu parles de l’enfant… les souvenirs abordent dans le même sens la douceur de le voir, le prendre et le sentir, merci tu m’as fais revivre tout ca par ton texte avec mes deux enfants
    bisous

    • filamots dit :

      Ton commentaire est resté par erreur en attente de validation. Désolée Virtuelle. (:
      Ah oui ! la douceur du contact avec nos enfants petits, plus grands aussi 🙂
      Merci pour ton témoignage.:)

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s