Les coquelicots

Les Coquelicots

Je m’étais arrêtée au bord de la route, regardant ce paysage familier et bucolique. C’est assez étrange, mais les coquelicots m’ont souvent attiré le regard, comme celui que je pose sur une peinture, qu’elle soit de Monet ou d’autres artistes ou photographes.

Pour l’instant c’était moi qui avançait dans ce pré et j’avais huit ans dans mes souvenirs.

Ces fleurs étaient si belles, et rouges comme le sang. Elles formaient des taches sur la robe verte que je portais. Sous le soleil, si éclatantes, sous ma main, si fragiles, si frêles. Leurs pétales ondulaient comme une robe, sous la brise légère.

Ce qui était étrange, c’est que lorsque j’en cueillais une, elle penchait immédiatement la tête, comme privée d’énergie vitale, de la terre nourricière.

Je me voyais courir dans ce pré, car elles pouvaient aussi me protéger de celui qui me poursuivait pour prendre les fleurs de ma robe. Serait-ce pour cela que je déteste le vert comme couleur et que le rouge a ma préférence ? Ce dernier représente la force de la vie, le sang qui coule dans mes veines.

Le vent qui souffle et que je respire me donne la force de courir et d’avancer parmi cette nature.

Là au milieu je me sens libre, l’air environnant, revigorant, redonne vie. La terre que je foule sous mes pieds, me donne l’assise en cet instant dont j’ai besoin.

J’inspire, j’écarte les bras, je lève la tête vers le ciel, et vers le soleil qui luit et je tournoie, tournoie, non pas de joie, mais pour effacer de ma mémoire ce tableau qui à la fois m’attire, m’étreint, pour me posséder contre ma volonté.

Je tombe à terre, ouvre les yeux et devant mes yeux une fleur rouge et fanée, m’accompagne allongée. Je tends les doigts, la prends, la cueille, et la dépose sur mon cœur, comme pour la consoler d’avoir oser se coucher, parce que piétinée, erreur d’un voyageur égaré, en ces lieux.

Je laisse couler en moi la paix. J’écoute le silence. Autour de moi une musique de couleurs a éveillé en moi, des souvenirs à peindre sur une toile, celle que je ne dessinerai jamais.

Comme un petit coquelicot Mesdames…..chante dans ma tête !

© freesia – 25-11-2007 – publié 9 août 2009 à 20 h 08 min (article remonté en janvier 2012)

À propos de filamots

Sur le fil des mots. Je rassemble pour mes enfants, les textes anciens et nouveaux ainsi que futurs que je dépose sur ce blog. L'occasion pour moi de faire de belles rencontres virtuelles, et de m'améliorer dans l'écriture de quelques nouvelles lorsque l'inspiration est au rendez-vous. Je partage aussi ma passion pour la photographie en tant qu'amateur. Je suis autodidacte en informatique, lecture, musique, etc....

"

  1. J’ai bien reçu et lu ton billet santé, bon courage.
    J’ai subi la même opération à 27 ans, c’était jeune.
    Je ne peux pas mettre de com sous ton billet, ils sont fermés.
    Bisous

  2. Solange dit :

    beaucoup d’émotion dans ton texte et une belle occasion de retrouver cette belle chanson de Mouloudji.
    Si tu aimes les coquelicots tu devrais te régaler sur ce site : http://regardcoquelicot.canalblog.com/archives/2009/05/28/13884779.html
    Amitié. Solange

    • filamots dit :

      Effectivement, je viens d’aller faire un petit tour, c’est magnifique comme blog ! Un régal pour les yeux et tout ce que j’aime !
      Merciiii Solange.
      Je vais mettre le lien dans ma section : photographes

  3. Quichottine dit :

    Cette chanson est l’une de mes préférées…
    Merci pour ces coquelicots et ce texte si beau.

    (En réponse à ton commentaire laissé sur le blog de La Petite fabrique d’écriture, lorsque tu es sur un blog Over-blog, le lien « contact » est situé tout en bas de la page que tu visites.

    Mais, pour l’image d’Alphomega, il te suffit de la demander en commentaire sous l’image que je lui ai empruntée pour la consigne du mois.
    Si tu as besoin de lui écrire, le lien contact du bas de la page est toujours actif.)

    Passe une douce soirée…

  4. colettedc dit :

    Oh ! Merci Geneviève d’avoir remonté ce magnifique texte pour nous !
    Bon et agréable week-end pour toi en toute amitié, bises.

    • filamots dit :

      Oui, une fois de temps en temps, je remonterai des vieux « trucs » du fin fond du blog où plus personne ne va voir, et c’est bien dommage, par manque de temps tout simplement. C’est le grand reproche que je fais aux blogs. Rien ne m’empêche d’aller fouiner non plus lol
      Sur les forums, c’est pareil, il est rare que nous allions fouiller dans les tréfonds des anciennes publications.
      Bonne semaine à toi. Bisous

  5. Łα gєитιℓℓє яєвєℓℓє dit :

    bravo, c’est tellement bien écris ke je te devine en tableau parmi ces jolis coquelicots et tournoyant avec ta robe !!!! c’est tres poétique, je tounoie avec toi !!! bon ap biz♥

    • filamots dit :

      Coucou Dalila,
      Oh merci Dalila !! Oui oui dansons et profitons-en ! Cela sent bon le printemps pendant quelques secondes 🙂 Bientôt nous allons avoir très froid, et je pense aux sans-abris, à ceux qui ne peuvent pas se chauffer etc….
      Tu as fait de bien belles choses récemment sur ton blog. Belles créations bravo !
      Bisous et à bientôt

  6. J’en ai plein qui poussent dans mon jardin, je les aimes beaucoup aussi les coquelicots.
    Je n’ai pas essayé mais une amie m’a expliqué que si tu as un briquet sous la main au moment où tu les cueilles, tu brules la queue et ils ne perdent pas leurs pétales tout de suite, bisous et bon week end.

    • filamots dit :

      Bonsoir Claudie,
      J’ignorais cette pratique barbare mdr !!!
      Tu me fais sourire là ! C’est un peu comme avec les roses alors ? Les couper en biseau pour qu’elles durent plus longtemps dans le vase ?
      Bisous et bonne semaine….pfff ! le temps passe vite !

  7. Oceanelle dit :

    Souvenir de Mouloudji …. quelle chanson … j’aime les coquelicots pour leur éclats fort et en même temps leur grande fragilité ..;c’est tout moi çà !!! rires Bisous

    • filamots dit :

      J’espère que ce texte a pu transmettre tout ce que j’ai voulu y mettre comme métaphore, comme analogie entre le rouge sang. C’est un texte où se cache à l’arrière un souvenir qui ne s’effacera jamais.
      Le sujet sous un air insignifiant d’innocence, comme la petite fille, se fait prendre par la cruauté des adultes, comme la fleur dès qu’on la coupe. Pour moi cette nouvelle est toute chargée en symbolique.
      J’ai pu trouver les mots comme je les ressentais, dans un texte qui paraît champêtre.
      Moi aussi j’aime les coquelicots. Et lorsqu’en tant que passagère je regarde les bords des routes, je vois ces couleurs flamboyantes, mon regard est attiré par cette beauté si forte et si fragile. C’est d’ailleurs ce que j’ai voulu transmettre dans ce récit. Je ne sais si j’y suis parvenue.
      Bisous, tu vas recevoir une surprise, le courrier est parti aujourd’hui 🙂

  8. C’est sans doute à cette magnifique chanson de Mouloudji que ma mère passait sur le tourne-disque que j’étais enfant. Magnifique fleur qui disparait hélas car les agriculteurs mettent des tas de cochonneries qui les font disparaitre. Il y avait aussi le sirop à base de coquelicot que l’on prenait contre la toux…J’ai du mal à écrire sur des thèmes imposés, cela vient tout seul et j’écris au kilomètre, que ce soit balades, acrostiches, sonnets pétrarquisant ou Haïkus, tout y passe. J’ai un peu de mémoire et surtout musicale car comme choriste je suis tout de suite attirée par certaines musiques et poésies, même si je n’étais pas douée en dictée musicale, mais plutôt en interprétation et composition. Voici le morceau de Mouloudji sur les coquelicots, une époque révolue hélas où les chansons étaient écrites par des poètes, avec une musique douce…

    • filamots dit :

      Bonsoir Korrigane,
      Mon texte ne va pas du tout dans le sens de la chanson de Mouloudji, même si ma dernière phrase y fait référence.
      Quant aux terrains agricoles, j’ai appris de mon côté que voir fleurir des coquelicots dans un champs était un signe de bonne santé. Une autre manière de penser. 🙂
      Dans cet ancien atelier où j’ai très peu participer mais qui est sur mon blog dans la colonne de droite, cela fait longtemps maintenant, je n’avais pas pu écrire le texte à ce moment là. Il n’est venu que bien plus tard, si mes souvenirs qui s’effilochent en rattrapent le fil 🙂
      Merci pour cette belle chanson que j’aime aussi.

  9. filamots dit :

    Haha !!! J’ai mis un lien vers ton blog sur le mien sous l’intitulé : Monsieur et Madame postent 🙂

    Quant aux coquelicots, bienvenue dans le monde des couleurs et de cette fleur que j’aime autant, également.

  10. oth67 dit :

    Je copie !

    Moi aussi j’ai mis quelques coquelicots chez moi !

    http://blogoth67.wordpress.com/2010/07/05/nature-mathematique/

  11. arbrealettres dit :

    mon problème est que je n’ai pas beaucoup de mémoire!! (((-:
    tu es une vraie poète ça je m’en souviens!! ((-:

    • filamots dit :

      C’est un texte que j’avais écrit dans l’atelier d’écriture, sur base d’un tableau qu’il fallait choisir. J’avais bien aimé cet exercice.
      Merci pour ton commentaire Ch.
      Bisous. G.

  12. filamots dit :

    Merci pour vos commentaires. 🙂

  13. miroirparici dit :

    Bravo! Très joli texte!

  14. elba2 dit :

    Magnifique de délicatesse et de profondeur Bravo ! J’aime beaucoup

  15. arbrealettres dit :

    Tu es douée Freesia! Bravo pour tes mots de poésie-souvenir (((-:

Merciii ! C'est gentil d'y avoir pensé.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s